Face à une échéance critique, ralentissez !


Quand la pression monte, notre réflexe c’est : travailler plus fort. Et si nous avions tout faux ? Quelques pistes pour résister au credo qui consiste à cumuler les heures.


Imaginons : Nous sommes à quelques semaines d’une échéance critique. Le management est nerveux. Spontanément, en tant que chef de projet, je leur dis que si c’est nécessaire nous travaillerons 20 heures par jour.

16h : Nous devons mettre une version du logiciel du client en production le lendemain matin.

17h : Corrections de dernière minute. Tout le monde s’affaire.

18h30 : Tout le monde part sauf deux collègues qui se chargent